IMG_2943

J'ai longtemps réfléchi un billet-bilan de cette première année complète d'IEF, sans toutefois réussir à me décider tant il y a eu de hauts et de bas, de progrès chez les moyens certes mais aussi de conflits avec l'aîné et une fatigue extrême pour moi, si bien que durant les dernières semaines j'en étais venue à me demander si cela en valait vraiment la peine. En fin de compte, si je devais ne retenir qu'une seule chose, comme un fil conducteur, ce serait la musique.

Cette année libre d'école a permi à mes enfants de (re)découvrir la musique.

Monsieur V., lui, du haut de ses 4 ans montre une grande attirance pour le piano, ce sera certainement son instrument d'ici un an.

Neuvans, qui avait fait du piano entre cinq et six ans mais qui avait dû arrêter à cause de grandes difficultés que nous avions eues (dépôt de bilan de l'entreprise, RSA...) s'est découvert une passion pour le violoncelle et a été pris au conservatoire. Cela ne fait que quatre mois qu'il en fait mais il a déjà fait des progrès certains et surtout, a envie... de faire d'autres choses encore en rapport avec la musique, quand bien même il devait pour cela arrêter le hockey qu'il pratique depuis cinq ans. Mais cela, j'en parlerai à la rentrée.

Aujourd'hui, ce que je retiens pour clôturer cette année c'est deux 2èmes prix au concours Marie Cantagrill pour mes deux violonistes, chacun dans sa catégorie! Mon aîné, qui a tendance à foncer tête baissée vers l'avant quitte à faire un travail sale, a enfin réussi à se poser, se calmer et travailler correctement les dernières semaines, si bien que malgré quelque "saletés" techniques (qu'il a pour défi de corriger l'année prochaine!) sa musicalité n'a pas échappé aux membres du jury, qui y ont vu beaucoup de potentiel (j'avoue que cela fait quelque peu bizarre d'entendre parler de "talent" de ton fils, venant d'une soliste à la carrière internationale). Surtout, en cette fin d'année, c'est un A. plus calme et plus apaisé, les crises de nerfs qui étaient notre lot quotidien ont presque disparu, et ça, ça n'a pas de prix. Maintenant, devant nous, deux mois de repos, avant d'attaquer une nouvelle année IEF qui devra être plus strucurée pour cet ado qui n'a jamais vraiment appris à fournir un effort.

13613209_1733696873568928_1981348628700648801_o

 

Cependant, la plus grande surprise et le plus beau cadeau a été le second prix ex-aequo du Septanstoutjuste (qui, au passage, a nettement moins bien joué qu'à l'audition trois jours plus tôt et est passé à un cheveu de la première place). Cet enfant si atypique qui souffrait à l'école avec une maîtresse qui me soutenait bec et ongles qu'ils sont "tous comme ça", qui encore à sept ans a des comportements... surprenants, comme s'allonger par terre en pleine rue ou grimper sur des poteaux du conservatoire, cet enfant qui se fait traiter de "bête" par ses petits camarades tout en ayant pris deux ans et demi d'avance "scolaire" depuis le début de l'IEF il y a un peu plus d'un an, cet enfant qui tenait sa tête dès la naissance et avait un développement psychomoteur d'un bébé de trois mois à la visite de un mois mais qui jusque l'âge de quatre ans ne pouvait écouter aucune histoire jusque bout sans se lever, m'interrompre, crier, cet enfant indomptable à qui aucune norme ni aucun système de mesure ne s'applique, pour qui aucune case n'est assez large, s'est découvert cette année une passion pour le violon. Que dis-je une passion, un don! Voilà bien deux ans qu'il voulait apprendre à jouer d'un instrument, mais cette année son envie s'est précisée sur le violon: nous possédions encore le premier de son frère, il s'est mis à le sortir de son étui, le toucher, tenter d'en jouer... fin novembre j'ai craqué et lui ai pris des cours particuliers.

En sept mois, avec l'aide d'une prof formidable, il a accompli un travail qui nécessite deux ans à d'autres. Mais surtout, il a gagné énormement en attention, concentration, organisation. Il revient à son violon plusieurs fois par jours, tantôt pour un travail construit, tantôt pour s'amuser. Souvent, il le prend avec lui au square pour travailler pendant que son petit frère s'amuse... toutefois, critique envers lui-même et magré les résultats certains (et aussi parce qu'il a fait cette année en cours particuliers et n'avait pour point de comparaison que son grand frère, de cinq ans son aîné ou encore... Mozart - forcément, là, il se trouvait nul: "lui, à mon âge..." ). Cette deuxième place lui a fait beaucoup de bien, il a été rassuré par les commentaires des membres du jury et en particulier par ceux de Marie Cantagrill qui l'a trouvé "très émotif et très mature, avec une musicalité rare pour son âge et un très grand potentiel"...  Bref, cela a été un véritable cadeau, une grande bouffée d'air frais pour lui et pour nous. De retour à la maison, il s'est remis au travail avec une détermination et motivation regonflées, il travalle actuellement sur un concertino de 6 pages... et envisage déjà un nouveau concours l'année prochaine.

13592674_1733696573568958_1509317957977894187_n

 

Voilà pour cette année. En fin de compte, cela aurait pu être pire, non? :)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer